Topic 7190565

 

DH// 565 Re://T7190 [Vakh/Jess/Veuv/Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2/VenA/Hetc/Final/BlkSp/Djib - Intensité] post. 19-09-10 11:30:41

© Jean-T Jeth Montage Digital

INTENSITÉ-CAMPUS

565 Re://T7190 [Vakh/Jess/Veuv/Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2/VenA/Hetc/Final/BlkSp/Djib - Intensité] post. 19-09-10 11:30:41

Je pars de l'à-priori que la langue des communications est viciée. On peut dire ce qu'on veut, la pensée sous-jacente est autre, soit riche, soit nulle, mais non conforme à ce qui sort verbalement du discours. Par exemple, je pourrais te faire une nomenclature de tout ce qui cloche en ce moment dans la société, n'est-ce pas que la liste serait longue? Mais si le non-verbal ne vient pas au secours de mon énoncé, je risque de m'adresser au vide à côté de toi, parce que mon discours, trop usé, trop stéréotypé, passera à côté. Autrement dit, avec des paroles vides on ne peut que parler dans le vide.

565 Re://T7190 [Vakh/Jess/Veuv/Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2/VenA/Hetc/Final/BlkSp/Djib - Intensité] post. 19-09-10 11:33:50

Bien dit, mais penserais-tu pouvoir me tenir un discours intelligent seulement qu'avec le secours du non-verbal? À la limite est-ce qu’on peut penser que toute forme de discursif est superflue si tes interlocuteurs sont rompus à une codification implicitement textuelle sans recours au texte?

565 Re://T7190 [Vakh/Jess/Veuv/Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2/VenA/Hetc/Final/BlkSp/Djib - Intensité] post. 19-09-10 11:35:18

J'ignore combien de fois tu reçois une information identique à la précédente dans le courant d'une journée, mais ton centre de triage l'enregistre une seule fois. Ensuite il n'entretient aucun décompte, jugeant fondamentalement l'inutilité de la chose. Pour ce qui est du visuel (réception du non-verbal), ça se passe de manière radicalement autre. Un acte effectué à priori par un tiers dans ton champ de vision, immédiatement perceptif en théorie, te sera révélé en différé si le cerveau juge bon de le faire paraître à ta conscience. C'est ici que fondamentalement la communication s'enrichit d'un aspect que deux interlocuteurs vont favoriser inconsciemment même s'ils font semblant de l'ignorer. C'est sur ce mode d'échange que les questions "vraies" prennent place dans un rapport quantifié en terme de contenu plutôt que de contenant.

565 Re://T7190 [Vakh/Jess/Veuv/Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2/VenA/Hetc/Final/BlkSp/Djib - Intensité] post. 19-09-10 11:37:00

Pour ta question Simon il est nécessaire de préciser la notion d’intensité reliée au non-verbal. C’est ce que tu abordes implicitement en suggérant une faillite complète du discursif - j’introduirais ici la notion de discursif augmenté. Donc assurément on pourrait se passer de l’appareil verbal qui est finalement ni plus ni moins qu'une addition de motricité inculquée avec l’acquisition du langage. On pense communément que le langage est la seule façon de communiquer sur un mode intelligible. Ce serait vrai à la limite si la communication était le simple fait des réseaux mécaniques (auditifs et visuel de l’écrit sans complémentarité de l’image animée).

565 Re://T7190 [Vakh/Jess/Veuv/Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2/VenA/Hetc/Final/BlkSp/Djib - Intensité] post. 19-09-10 11:38:16

Mais ici  pour démêler cette question je voudrais risquer une suggestion. D'un point de vue théorique c'est pareil comme si on se dirait toi et moi qu'on dialogue sur un sujet X mais qu'au fond on discute d'un sujet Y sans rapport avec le sujet X, exact?

565 Re://T7190 [Vakh/Jess/Veuv/Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2/VenA/Hetc/Final/BlkSp/Djib - Intensité] post. 19-09-10 11:39:44

Vrai pour le signifié introduit par son code (ou signifiant). Et vrai aussi pour l'image animée puisque l'image fixe n'est pas considéré comme un stimulant du verbal dans une mise en élaboration du discours. Mais dans l’intervention où se rajoute l’élément complémentaire, qui agrée le discursif au point de s’y substituer, on doit effectivement composer avec la notion sensorielle d’intensité, ici où nous nous définissons en tant que structures plus complexes, et coaxales au discours univoque si celui-ci opère sans relation avec le métabolisme.

565 Re://T7190 [Vakh/Jess/Veuv/Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2/VenA/Hetc/Final/BlkSp/Djib - Intensité] post. 19-09-10 11:41:52

Plus ou moins. Ton exemple est ce qui se passe dans la majorité des cas mais la situation inverse est aussi vraie. On peut développer à l'infini sur la fonte des glaciers tout en laissant le non verbal intensifier la construction du verbal, comme ça se passe dans du discursif centralisé. En l'occurrence les deux interlocuteurs ont de quoi à dire et ne faisant pas confiance à leurs paradigmes pour nommer la fonte en question, agiront à l'aide du non-verbal. Dans ce cas, c'est le non verbal qui serait inopérant puisque le discours, sans décalage, serait inexistant sans le recours au textuel.

565 Re://T7190 [Vakh/Jess/Veuv/Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2/VenA/Hetc/Final/BlkSp/Djib - Intensité] post. 19-09-10 11:43:39

Est-ce qu’on peut parler d’un langage à part entière? Du moment que deux locuteurs se comprennent, toute forme de communication est appelée à une codification commune et donc d’un système d’interpellation, autrement dit, un langage sans sa référence à la langue, mais à un repère sensoriel?

565 Re://T7190 [Vakh/Jess/Veuv/Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2/VenA/Hetc/Final/BlkSp/Djib - Intensité] post. 19-09-10 11:45:17

Remarque intéressante sur la cohabitation des signes. C’est comme une reproduction en cache du traditionnel rapport signifiant / signifié, où on juxtapose des couches de sens à l’infini, chacune reproduisant une nuance différente de la matrice originale. Notre position dans l’époque contemporaine adopte inconsciemment cet axe de pensée dans la création. On peut imaginer ça comme une réponse au tragique «Quoi dire après ce qui a déjà été dit?» À noter que verbalisé de la sorte, on croit que ce cri, relativement récent, est une innovation en soi. Mais toutes les époques ont connu leur découragement face au manque à dire, et ce dès le début de la pensée. La crise devant l’incapacité de découvrir est indissociable de la découverte.

565 Re://T7190 [Vakh/Jess/Veuv/Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2/VenA/Hetc/Final/BlkSp/Djib - Intensité] post. 19-09-10 11:46:51

Oui c’est une façon intéressante de résumer la question. Nous n'avons plus besoin d'une structure générale pour permettre le maximum de paroles en donnant une impression universelle, mais pour utiliser le code de la petite composante (idiome du groupe). Votre îlot juif est est un bon exemple. Ici on se porte à l’attention du noyau. Et donc de l’essentiel.

565 Re://T7190 [Vakh/Jess/Veuv/Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2/VenA/Hetc/Final/BlkSp/Djib - Intensité] post. 19-09-10 11:48:37

L’avantage, en ayant recours au non-verbal doublé de son intensité sensorielle, est de dépoussiérer toute forme de vétusté de notre langage actuel, vétusté qu’il a acquise par toutes formes d’abus. Le langage politique en est un exemple. Il se place toujours à la remorque d’une langue philosophique qui utilise épisodiquement des expressions chocs, malgré elle, et qui s’offrent à la récupération. La fameuse «vraie question» tant galvaudée par nos députés est née d’un entretien qui était bien loin de se douter que son propos allait être récupéré par une absence de pensée, et donc absence de propos.

565 Re://T7190 [Vakh/Jess/Veuv/Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2/VenA/Hetc/Final/BlkSp/Djib - Intensité] post. 19-09-10 11:50:19

Partons du fait que j'ai pas tous les paramètres qu'il faut pour tout saisir du premier coup d'où ma question: comment vous assurez-vous d'une transmission optimale dans votre non-verbal optimisé par l'intensité sensorielle si vous vous positionnez par rapport à des gens qui n'ont pas votre schème de pensée, disons des groupes appartenant au bas de l'échelle?

565 Re://T7190 [Vakh/Jess/Veuv/Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2/VenA/Hetc/Final/BlkSp/Djib - Intensité] post. 19-09-10 11:52:30

Même question pour le non-verbal exprimé en présence d'un non-voyant. Si tu veux que Chriss comprenne, tu vas devoir utiliser une technique sensorielle vocale différente du langage (chant, rythmie) ou tu devras passer par le toucher. Tout ce qui est tactile remplace le visuel dans son cas, mais saurais-tu établir une différenciation stratégique entre les différentes formes de toucher que tu utiliserais?

565 Re://T7190 [Vakh/Jess/Veuv/Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2/VenA/Hetc/Final/BlkSp/Djib - Intensité] post. 19-09-10 11:54:28

Bas de l'échelle? Désolé je connais pas.

 

 

 

Topic 7190566

 

DH// 566 Re://T7190 [Vakh//Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2//BlkSp/ - Séquences] post. 19-09-13 17:07:15

 

SÉQUENCES NORMATIVES / SÉQUENCES MARGINALES

 

DH// 566 Re://T7190 [Vakh//Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2//BlkSp/ - Séquences] post. 19-09-13 17:07:15

YUKON24

Sur le campus, on remarque une forte majorité qui se définit par rapport à des séquences normatives. À première vue, rien ne laisse croire à une spécificité d'ensemble: l'archipel serait-il un lieu non encore défini?

 

DH// 566 Re://T7190 [Vakh//Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2//BlkSp/ - Séquences] post. 19-09-13 17:07:15

DAVLEE

Cette prédominance du comportement normatif pourrait-elle aller jusqu'à occulter les signaux marginaux au point que des individus hyper-normaux pourraient former un noyau exclusif? En d'autres mots, est-ce qu'on n'encourt pas le danger d'enrayer l'intention marginale?

 

DH// 566 Re://T7190 [Vakh//Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2//BlkSp/ - Séquences] post. 19-09-13 17:07:15

SEAWOLF

À la différence de l'îlot où l'approche est essentiellement marginale, les différents lieux de cette plate-forme évoluent vers des enclos qui vont de normatif à hyper-normal. On pourrait s'en inquiéter mais ce n'est qu'en apparence que le normatif se fait remarquer, principalement dans l'archipel. L'intention de Jeth est d'abord et avant tout démocratique. Une inscription dans l'archipel garantit un environnement où l'individu se sentira entouré de gens qui lui ressemblent, en ceci que personne n'offre à première vue une spécificité laissant présager une avancée trop menaçante dans des séquences marginales. Mais dans l'esprit de Jeth (tout comme dans un esprit universel concerné par la différence identitaire), qui dit séquence normative admet obligatoirement la séquence marginale. C'est simplement qu'ici le marginal n'est pas énoncé d'emblée.

 

DH// 566 Re://T7190 [Vakh//Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2//BlkSp/ - Séquences] post. 19-09-13 17:07:15

YULIN

Oui peut-être. C'est un pari qui ne manque pas d'intérêt. Le fait de cohabiter avec des sujets qui n'ont pas à la conscience l'aspect marginal de leurs composantes peut offrir beaucoup d'intérêt à celui qui vit sa marginalité comme un poids. Je pense que c'est l'esprit de base de l'archipel: on s'y trouve comme maillon de la chaîne qui unit le tissu social de façon générale, comme dans la vie qui admet théoriquement la différence, mais qui n'en fait aucune promotion. C'est très représentatif de notre époque.

 

DH// 566 Re://T7190 [Vakh//Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2//BlkSp/ - Séquences] post. 19-09-13 17:07:15

CHR028

Si je me mets dans la peau d'un étranger qui se retrouve dans l'archipel, quelle sera sa première impression face à un environnement aussi peu défini en apparence?

 

DH// 566 Re://T7190 [Vakh//Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2//BlkSp/ - Séquences] post. 19-09-13 17:07:15

INDIGOSS

Trouvé sur un des messages d'accueil: "Pas intéressé à du paranormal à long terme. Sois drôle, c'est ce qui m'allume le plus." Devant ce genre de propos, on se place dans quel genre de séquences?

 

DH// 566 Re://T7190 [Vakh//Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2//BlkSp/ - Séquences] post. 19-09-13 17:07:15

VLAKHA

Une première impression s'effectue à condition que la personne soit au fait qu'elle est dans un univers paradoxal. Mais si rien ne lui indique cette spécificité, elle ne se fera sans doute aucune impression. Si j'entre dans un marché d'alimentation qui ressemble à n'importe quel autre de la même chaîne, je ne me ferai pas de première impression. Même chose si je vais dans un parc ou un endroit public. Par contre, si j'entre pour la première fois dans l'îlot du Marais Deep, je me ferai obligatoirement une première impression, puisque je ne peux pas arriver dans cet endroit par hasard. C'est vrai que dans l'îlot, la séquence marginale est si évidente qu'on ne peut pas faire semblant que les individus qui s'y trouvent sont dans la normalité. Au contraire, dans l'Archipel, rien ne viendra interpeller ma curiosité.

 

DH// 566 Re://T7190 [Vakh//Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2//BlkSp/ - Séquences] post. 19-09-13 17:07:15

BLACKSPOT

Variante classique à l'habituel "J'adore être surpris". L'énoncé se sert de son contraire, très représentatif du normatif qui étouffe complètement ses velléités de séquences marginales. Le non-dit s'affirme aussi clairement que si le message disait noir sur blanc: "J'ai une intention très spécifique mais ma normalité m'empêche de la formuler donc à toi de découvrir ce que je cache dans mon énoncé."

 

DH// 566 Re://T7190 [Vakh//Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2//BlkSp/ - Séquences] post. 19-09-13 17:07:15

WITOFKAM

Bien important de trouver des endroits où la normalité prime sur le marginal. J'ai développé une attitude de prudence où les caméras de surveillance vous invitent à sourire parce que vous êtes filmés. C'est très canadien, ce maquillage cordial: "Si tu es un fautif, te voilà démasqué, déchet." Dans l'archipel je n'ai pas à me sentir surveillé constamment et je peux avoir un œil vigilant sur Bryer qui mérite lui aussi une zone non surveillée pour jouir du peu de bonheur qu'il lui reste. La vie ne donne pas les mêmes quantités d'ingrédients à l'un et à l'autre de ses enfants.

 

DH// 566 Re://T7190 [Vakh//Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2//BlkSp/ - Séquences] post. 19-09-13 17:07:15

SIMONG

C'est un fait que si nous étions des lecteurs omniscients, nous aurions beaucoup d'intérêt à lire le sens exact d'une phrase exprimant l'envie d'être "surpris" par quelqu'un qui est "drôle", Mais sans être devin, on exclut naturellement tout ce qui est drôle au sens du spectacle, mais peut-être pas au sens de la révélation d'un secret. On exprime ici l'envie profonde d'une coïncidence: un secret espéré devenant son secret dévoilé.

 

DH// 566 Re://T7190 [Vakh//Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2//BlkSp/ - Séquences] post. 19-09-13 17:07:15

SWANLAKE

Oui certains reçoivent beaucoup pour faire peu. Pas étonnant que ceux qui ne reçoivent rien au départ ne fassent pas autant que des super-puissances malgré le fait qu'ils font déjà plus que certains qui ne font rien (les mêmes qui ont reçu beaucoup au commencement).

 

DH// 566 Re://T7190 [Vakh//Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2//BlkSp/ - Séquences] post. 19-09-13 17:07:15

PHILO22

J'ai du mal à concevoir qu'un individu quel qu'il soit puisse vivre dans l'ignorance, et encore moins dans l'absence, de sa réalité marginale. Même les animaux doivent pouvoir se définir par une spécificité qui les distingue de l'espèce.

 

DH// 566 Re://T7190 [Vakh//Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2//BlkSp/ - Séquences] post. 19-09-13 17:07:15

RUFUS30

Moi par l'entremise de l'Intensité-Campus je retrouve une insouciance normative c'est-à-dire que je eux cesser de me définir comme un individu marqué par une spécificité. C'est parfois défoulant d'être comme les autres. Je goûte à une vie qui m'apporte des situations où je me définis comme étant moi-même d'abord et avant tout et non pas quelqu'un d'associé à une cause (dans le marais nous sommes vus comme des porteurs de causes) ou un embranchement mental créant des zones à risque, ce qu'on voit en priorité dans l'îlot où je ne me sens pas toujours à ma place, alors chapeau pour la mise sur pied de ce nouveau programme.

 

DH// 566 Re://T7190 [Vakh//Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2//BlkSp/ - Séquences] post. 19-09-13 17:07:15

LEO2020

On espère tous l'inespéré, l'improbable, qui devient à l'usure l'impossible. Il y a vraiment de quoi être surpris quand ça se produit. Aimer à être surpris vient de l'adolescence où toute situation inédite procure un sentiment d'euphorie. Un précédent nous ramène toujours à la première fois sacrée: le premier baiser, le premier coït, le premier voyage au pays de l'autre. Mais comme le mot le dit, un précédent ne se renouvelle que dans le connu. Ce renouvellement apporte des précisions, parfois même des sentiments contradictoires aux premier sentiments éprouvés. Ce qui était agréable se manifeste avec une dose de saturation, mais l'inverse se peut également. Votre premier contact avec la moutarde forte aura été un échec, mais par quelle divine rencontre sensorielle avez-vous jamais associé cette moutarde à un événement qui, par l'entremise d'un être, a redéfini votre existence?

 

 

 

 

Topic 7190565

 

DH// 565 Re://T7190 [Vakh/Jess/Veuv/Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2/VenA/Hetc/Final/BlkSp/Djib - Intensité] post. 19-09-10 11:30:41

© Jean-T Jeth Montage Digital

INTENSITÉ-CAMPUS

565 Re://T7190 [Vakh/Jess/Veuv/Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2/VenA/Hetc/Final/BlkSp/Djib - Intensité] post. 19-09-10 11:30:41

Je pars de l'à-priori que la langue des communications est viciée. On peut dire ce qu'on veut, la pensée sous-jacente est autre, soit riche, soit nulle, mais non conforme à ce qui sort verbalement du discours. Par exemple, je pourrais te faire une nomenclature de tout ce qui cloche en ce moment dans la société, n'est-ce pas que la liste serait longue? Mais si le non-verbal ne vient pas au secours de mon énoncé, je risque de m'adresser au vide à côté de toi, parce que mon discours, trop usé, trop stéréotypé, passera à côté. Autrement dit, avec des paroles vides on ne peut que parler dans le vide.

565 Re://T7190 [Vakh/Jess/Veuv/Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2/VenA/Hetc/Final/BlkSp/Djib - Intensité] post. 19-09-10 11:33:50

Bien dit, mais penserais-tu pouvoir me tenir un discours intelligent seulement qu'avec le secours du non-verbal? À la limite est-ce qu’on peut penser que toute forme de discursif est superflue si tes interlocuteurs sont rompus à une codification implicitement textuelle sans recours au texte?

565 Re://T7190 [Vakh/Jess/Veuv/Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2/VenA/Hetc/Final/BlkSp/Djib - Intensité] post. 19-09-10 11:35:18

J'ignore combien de fois tu reçois une information identique à la précédente dans le courant d'une journée, mais ton centre de triage l'enregistre une seule fois. Ensuite il n'entretient aucun décompte, jugeant fondamentalement l'inutilité de la chose. Pour ce qui est du visuel (réception du non-verbal), ça se passe de manière radicalement autre. Un acte effectué à priori par un tiers dans ton champ de vision, immédiatement perceptif en théorie, te sera révélé en différé si le cerveau juge bon de le faire paraître à ta conscience. C'est ici que fondamentalement la communication s'enrichit d'un aspect que deux interlocuteurs vont favoriser inconsciemment même s'ils font semblant de l'ignorer. C'est sur ce mode d'échange que les questions "vraies" prennent place dans un rapport quantifié en terme de contenu plutôt que de contenant.

565 Re://T7190 [Vakh/Jess/Veuv/Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2/VenA/Hetc/Final/BlkSp/Djib - Intensité] post. 19-09-10 11:37:00

Pour ta question Simon il est nécessaire de préciser la notion d’intensité reliée au non-verbal. C’est ce que tu abordes implicitement en suggérant une faillite complète du discursif - j’introduirais ici la notion de discursif augmenté. Donc assurément on pourrait se passer de l’appareil verbal qui est finalement ni plus ni moins qu'une addition de motricité inculquée avec l’acquisition du langage. On pense communément que le langage est la seule façon de communiquer sur un mode intelligible. Ce serait vrai à la limite si la communication était le simple fait des réseaux mécaniques (auditifs et visuel de l’écrit sans complémentarité de l’image animée).

565 Re://T7190 [Vakh/Jess/Veuv/Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2/VenA/Hetc/Final/BlkSp/Djib - Intensité] post. 19-09-10 11:38:16

Mais ici  pour démêler cette question je voudrais risquer une suggestion. D'un point de vue théorique c'est pareil comme si on se dirait toi et moi qu'on dialogue sur un sujet X mais qu'au fond on discute d'un sujet Y sans rapport avec le sujet X, exact?

565 Re://T7190 [Vakh/Jess/Veuv/Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2/VenA/Hetc/Final/BlkSp/Djib - Intensité] post. 19-09-10 11:39:44

Vrai pour le signifié introduit par son code (ou signifiant). Et vrai aussi pour l'image animée puisque l'image fixe n'est pas considéré comme un stimulant du verbal dans une mise en élaboration du discours. Mais dans l’intervention où se rajoute l’élément complémentaire, qui agrée le discursif au point de s’y substituer, on doit effectivement composer avec la notion sensorielle d’intensité, ici où nous nous définissons en tant que structures plus complexes, et coaxales au discours univoque si celui-ci opère sans relation avec le métabolisme.

565 Re://T7190 [Vakh/Jess/Veuv/Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2/VenA/Hetc/Final/BlkSp/Djib - Intensité] post. 19-09-10 11:41:52

Plus ou moins. Ton exemple est ce qui se passe dans la majorité des cas mais la situation inverse est aussi vraie. On peut développer à l'infini sur la fonte des glaciers tout en laissant le non verbal intensifier la construction du verbal, comme ça se passe dans du discursif centralisé. En l'occurrence les deux interlocuteurs ont de quoi à dire et ne faisant pas confiance à leurs paradigmes pour nommer la fonte en question, agiront à l'aide du non-verbal. Dans ce cas, c'est le non verbal qui serait inopérant puisque le discours, sans décalage, serait inexistant sans le recours au textuel.

565 Re://T7190 [Vakh/Jess/Veuv/Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2/VenA/Hetc/Final/BlkSp/Djib - Intensité] post. 19-09-10 11:43:39

Est-ce qu’on peut parler d’un langage à part entière? Du moment que deux locuteurs se comprennent, toute forme de communication est appelée à une codification commune et donc d’un système d’interpellation, autrement dit, un langage sans sa référence à la langue, mais à un repère sensoriel?

565 Re://T7190 [Vakh/Jess/Veuv/Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2/VenA/Hetc/Final/BlkSp/Djib - Intensité] post. 19-09-10 11:45:17

Remarque intéressante sur la cohabitation des signes. C’est comme une reproduction en cache du traditionnel rapport signifiant / signifié, où on juxtapose des couches de sens à l’infini, chacune reproduisant une nuance différente de la matrice originale. Notre position dans l’époque contemporaine adopte inconsciemment cet axe de pensée dans la création. On peut imaginer ça comme une réponse au tragique «Quoi dire après ce qui a déjà été dit?» À noter que verbalisé de la sorte, on croit que ce cri, relativement récent, est une innovation en soi. Mais toutes les époques ont connu leur découragement face au manque à dire, et ce dès le début de la pensée. La crise devant l’incapacité de découvrir est indissociable de la découverte.

565 Re://T7190 [Vakh/Jess/Veuv/Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2/VenA/Hetc/Final/BlkSp/Djib - Intensité] post. 19-09-10 11:46:51

Oui c’est une façon intéressante de résumer la question. Nous n'avons plus besoin d'une structure générale pour permettre le maximum de paroles en donnant une impression universelle, mais pour utiliser le code de la petite composante (idiome du groupe). Votre îlot juif est est un bon exemple. Ici on se porte à l’attention du noyau. Et donc de l’essentiel.

565 Re://T7190 [Vakh/Jess/Veuv/Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2/VenA/Hetc/Final/BlkSp/Djib - Intensité] post. 19-09-10 11:48:37

L’avantage, en ayant recours au non-verbal doublé de son intensité sensorielle, est de dépoussiérer toute forme de vétusté de notre langage actuel, vétusté qu’il a acquise par toutes formes d’abus. Le langage politique en est un exemple. Il se place toujours à la remorque d’une langue philosophique qui utilise épisodiquement des expressions chocs, malgré elle, et qui s’offrent à la récupération. La fameuse «vraie question» tant galvaudée par nos députés est née d’un entretien qui était bien loin de se douter que son propos allait être récupéré par une absence de pensée, et donc absence de propos.

565 Re://T7190 [Vakh/Jess/Veuv/Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2/VenA/Hetc/Final/BlkSp/Djib - Intensité] post. 19-09-10 11:50:19

Partons du fait que j'ai pas tous les paramètres qu'il faut pour tout saisir du premier coup d'où ma question: comment vous assurez-vous d'une transmission optimale dans votre non-verbal optimisé par l'intensité sensorielle si vous vous positionnez par rapport à des gens qui n'ont pas votre schème de pensée, disons des groupes appartenant au bas de l'échelle?

565 Re://T7190 [Vakh/Jess/Veuv/Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2/VenA/Hetc/Final/BlkSp/Djib - Intensité] post. 19-09-10 11:52:30

Même question pour le non-verbal exprimé en présence d'un non-voyant. Si tu veux que Chriss comprenne, tu vas devoir utiliser une technique sensorielle vocale différente du langage (chant, rythmie) ou tu devras passer par le toucher. Tout ce qui est tactile remplace le visuel dans son cas, mais saurais-tu établir une différenciation stratégique entre les différentes formes de toucher que tu utiliserais?

565 Re://T7190 [Vakh/Jess/Veuv/Philo/YuLi/Indig/Yuko/SimonG/Leo2/VenA/Hetc/Final/BlkSp/Djib - Intensité] post. 19-09-10 11:54:28

Bas de l'échelle? Désolé je connais pas.